Agrion porte-coupe

Enallagma cyathigerum (Charpentier, 1840)

Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreOdonata
  • FamilleCoenagrionidae
  • GenreEnallagma
  • Espècecyathigerum
  • Nom scientifiqueEnallagma cyathigerum
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Taille de l'adulte : 29-36 mm
Longueur de l'aile postérieure : 15-21 mm

Classification

Classe : Insectes
Ordre : Odonates
Sous-ordre : Zygoptères
Famille : Coenagrionidés
Genre : Enallagma
Espèce : cyathigerum
Nom scientifique : Enallagma cyathigerum

Morphologie

L’Agrion porte-coupe est une demoiselle (libellule d'allure frêle) de couleur dominante bleue chez le mâle comme chez tous les Coenagrions. Le deuxième segment abdominal permet de le distinguer des autres espèces du genre ; il arbore un symbole typique en forme de coupe posée sur un socle ou de champignon. La femelle, nettement plus difficile à distinguer des autres espèces de d’agrions, est beaucoup plus sombre (vert et noir) ; l'ornementation de son pronotum est un critère déterminant. Chez les deux sexes les cotés du thorax n’ont pas de sutures noires contrairement aux autres Coenagrionidés. Les exuvies et le dernier stade larvaire sont allongés et fins avec des lamelles caudales dépourvues de filament terminal et traversées par plusieurs bandes transversales sombres. La taille du corps est inférieure à 17 mm ; le mentum n’est pas troué et les palpes labiaux ont une entaille peu profonde. L'arrière de la tête est arrondi et le dessous du premier segment abdominal est dépourvu d'épines.

Habitat

Les larves d’Agrion porte-coupe se développent dans la végétation immergée des étangs, sablières et autres réservoirs de grande taille. Les adultes volent souvent au ras de l’eau ; ils n’hésitent pas à s’en éloigné pour aller se chauffer au soleil perchés dans la végétation.

Reproduction et cycle de développement

Après la formation du tandem et du cœur copulatoire, la femelle (tenue par le mâle) va pondre parmi les végétaux flottants, puis s’immerge complètement pour insérer ses œufs plus profondément, dans les plantes immergées ; les œufs éclosent deux à trois semaines après la ponte. La phase larvaire, qui dure entre 1 et 4 ans, compte une dizaine voire une quinzaine de stades. Les émergences se produisent sur une longe période, couvrant en partie la période de vol des adultes, entre le mois d’avril et le mois de septembre. Les mâles patrouillent au-dessus de l’eau pour trouver des femelles et sont légèrement agressifs envers les autres mâles.

Régime alimentaire

Les adultes comme les larves sont carnivores. Les larves de coenagrionidés chassent de préférence à l'affût, cachées dans les racines de la végétation rivulaire plongeant dans l’eau, dans les plantes aquatiques ou bien dans les sédiments au fond de l’eau. Elles attaquent les petits invertébrés qui passent à leur portée. Les adultes sont capables d'attraper des proies volantes ou posées (diptères le plus souvent).

Relation avec l’Homme

L’Agrion porte-coupe n’est pas menacé et ne bénéficie d’aucun statut de protection.

Réseau trophique

Les larves peuvent être consommées par d’autres invertébrés aquatiques (dytique par exemple, voire larves de caloptéryx ou autres anisoptères), des poissons, des amphibiens (tritons, larves de salamandre), des oiseaux, ou des micromammifères (musaraigne aquatique). Quelques oiseaux et araignées tissant une toile font partie des prédateurs des imagos, tout comme d’autres libellules tels le Caloptéryx vierge ou l’Orthétrum réticulé.

Répartition géographique

L’Agrion porte-coupe est une espèce commune largement répandue dans le pays. En Bourgogne, l’espèce se rencontre un peu partout à l’exception des secteurs dépourvus de grands plans d’eau ; elle profite des plans d’eau artificiels pour accroître ses populations.

Photothèque Agrion porte-coupe
Agrion porte-coupe (Enallagma cyathigerum)
Agrion porte-coupe - Enallagma cyathigerum
Agrion porte-coupe - Enallagma cyathigerum
Agrion porte-coupe, Enallagma cyathigerum
Agrion porte-coupe, Enallagma cyathigerum
Ajouter un média
Bibliographie Agrion porte-coupe

AGUILAR (D’) J., DOMMANGET J. L., 1985, Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord, Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris et Lausanne : 341 pp.

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

DIJKSTRA K. D. B., 2007, Guide des libellules de France et d’Europe, Ouvrage, Delachaux et Niestlé, Paris : 320 pp.

DOUCET G., 2011, Clé de détermination des exuvies des Odonates de France, Document technique, Société française d’odonatologie : 64p.

DURANEL G. & RUFFONI A., Vendredi 5 août 2011, Un plan d’action au secours des demoiselles, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

GRAF F., 2011, Les Demoiselles (Odonates, Zygoptères), Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 13 : 10-19

GRAND D., 2009, Les Libellules et le réchauffement climatique, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 9 : 124-133

GRAND D., BOUDOT J.P., 2006, Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg, Ouvrage, Biotope, Mèze, (Collection Parthénope) : 480 pp.

Groupe Odonates Bourgogne, RUFFONI A. (coord.), 2014, Atlas préliminaire des odonates de Bourgogne (Odonata). Version 2014, Rapport, Société d’histoire naturelle d’Autun, Société française d’Odonatologie : 43 p. + annexes

RUFFONI A., Dimanche 12 juillet 2015, Demoiselles recherchent appartement, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

RUFFONI A., Dimanche 27 avril 2014, Libellules, belles demoiselles de l’air, Article de presse, Bien Public, Journal de Saône-et-Loire et Journal du Centre : 1

RUFFONI A. & MAGNIN D., 2012, L’atlas des odonates de Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 16 : 24-41

VARANGUIN N. & SIRUGUE D., 2007, Inventaires des odonates patrimoniaux en Bourgogne, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 5 : 66-80

VARANGUIN N. & SIRUGUE D., 2003, Les Odonates, Bulletin d'Association, Feuille de Neomys, Société d’histoire naturelle d’Autun, 7 : 14-15