Arlequinette jaune (L')

Acontia trabealis (Scopoli, 1763)

Classification

  • ClasseInsectes
  • OrdreLepidoptera nocturne
  • FamilleNoctuidae
  • GenreAcontia
  • Espècetrabealis
  • Nom scientifiqueAcontia trabealis
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations

Longueur : moins de 10 mm
Envergure : 20-25 mm

Classification

Classe : Insectes
Ordre : Lépidoptères
Famille : Noctuidés
Nom scientifique : Acontia trabealis

Morphologie

L'Arlequinette jaune est une petite noctuelle aux ailes antérieures jaune pâle tachées de noir d'où elle tire son nom. Les ailes postérieures sont brun pâle, l’abdomen aussi. Au repos, elle dispose ses ailes en toit au-dessus de l'abdomen, cachant les ailes postérieures. La chenille est brun-rougeâtre avec de chaque côté une large bande jaunâtre.

Habitat

Ce papillon se rencontre en plein jour (surtout le matin) posé sur les herbes ou en vol dans les milieux ouverts, secs et ensoleillés. Il affectionne les milieux prairiaux chauds et les clairières les régions tempérées, les milieux frais en zone méditerranéenne, les forêts claires et prairies mésophiles jusqu'en moyenne altitude.

Reproduction

Entre avril et septembre, deux générations se succèdent. Les chenilles effectuent leur nymphose dans le sol, dans un petit cocon, puis la chrysalide se métamorphose et libèrent les adultes, ou bien hiverne jusqu'au printemps suivant.

Régime alimentaire

Les chenilles se nourrissent de leurs plantes hôtes, les liserons.

Relation avec l’Homme

L'espèce est sensible aux pesticides et à la disparition des prairies fleuries mais ne bénéficie pas d'un statut de protection particulier. A ces menaces s’ajoute l'impact négatif de la circulation routière, de la destruction des haies, de l'éclairage des enseignes et bords de routes par des néons ou des lampes à vapeur de mercure : tout cela tue un nombre très important d'adultes et de chenilles. Les facteurs météorologiques extrêmes des dernières années viennent s'ajouter à ces pressions.

Réseau trophique

L'Arlequinette jaune entre dans le menu des chauves-souris, des oiseaux, des araignées, il peut également être parasité. Les passereaux apprécient les chenilles pour nourrir leurs petits.

Répartition géographique

L'Arlequinette jaune est une espèce eurasiatique qu'on rencontre partout en Europe. Répandue en France, elle est toutefois localisée. Elle s'observe en Bourgogne.

Photothèque Arlequinette jaune (L')
Ajouter un média
Bibliographie Arlequinette jaune (L')

DUTREIX C., 2013, Papillons diurnes et nocturnes de Bourgogne, Ouvrage, L'escargot savant : 368p.

SIRUGUE D. & GOURLIN B. (coord.), 2016, La faune sauvage de Côte-d'Or, Revue scientifique, Bourgogne-Nature, 14 : 488

ROBINEAU R. & al., 2007, Guide des papillons nocturnes de France, Ouvrage, Delachaux & Niestlé : 287p.