Muscardin

Muscardinus avellanarius (Linnaeus, 1758)

Classification

  • ClasseMammifères
  • OrdreRodentia
  • FamilleGliridae
  • GenreMuscardinus
  • Espèceavellanarius
  • Nom scientifiqueMuscardinus avellanarius
Données de l'espèce

Cartes, phénologie, nombre de données, etc...

Carte de l'espèce

  • Observations communales (toute période confondue)
  • Blanc : aucune observation signalée
  • Bleu : observations validées
  • Gris : observations en cours de validation
  • Rouge : vos observations
Morphologie

Taille (tête + corps) : 65-80 mm
Queue : 60-80 mm
Poids : 15-40 g

Appelé également « croque-noisettes », « rat d’or » ou encore « petit loir », le Muscardin a un pelage doré blond fauve, plus clair sur le ventre, un museau court et des oreilles arrondies. Sa queue touffue est presque aussi longue que son corps.

Habitat

Rongeur arboricole, il affectionne les forêts à sous-bois dense et évolue dans la strate inférieure de la végétation, particulièrement dans les taillis bas de noisetiers et de charmes, les ronciers et les clématites. Cette espèce a une préférence pour les milieux humides et évite les monocultures d’épicéas. Le Muscardin est un animal principalement nocturne, il peut cependant présenter des phases d’activité diurne. Ce petit rongeur construit deux types de nids. Le nid d’été, aérien de 6 à 15 centimètres de diamètre, construit dans les buissons ou les branches basses des arbres. C’est le nid d’élevage, plus facile à localiser que le nid d’hiver. Ce dernier est construit généralement au niveau du sol et dissimulé dans la litière, sous une souche ou une écorce. C’est dans ce nid qu’il va hiberner d’octobre à avril. Des périodes de torpeur peuvent être observées tous les mois de l’année. Il existe des groupements d’animaux dans le même gîte (surtout un mâle et une femelle).

Reproduction

Dès la sortie de sa léthargie, le rut commence et les mises bas s’échelonnent de la mi-mai jusqu’au mois d’octobre. La femelle peut avoir deux portées par an de 3 à 5 jeunes. Ils seront capables de construire leur propre nid dès leur émancipation, soit vers un mois à un mois et demi.

Régime alimentaire

Son régime alimentaire est surtout constitué de fruits et de graines (noisettes, baies, châtaignes…), de bourgeons et de feuilles, mais son menu peut s’agrémenter d’invertébrés (vers de terre, insectes).

Relation avec l’homme

L’arrachage des haies, le remembrement morcelant son aire et la monoculture sylvicole sont des menaces pour cette espèce vulnérable. Le Muscardin est protégé sur le territoire national et inscrit à l’annexe IV de la Directive Habitats-Faune-Flore et à l’annexe III de la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et de leur habitat naturel en Europe. Bien que non menacé, il peut ainsi faire l’objet de protection dans ce cadre.

Réseau trophique

Son milieu de vie le protège des prédations par les rapaces nocturnes.

Répartition géographique

En France, le Muscardin est surtout abondant dans le Nord-Est. En Bourgogne, il est plus fréquent en Morvan qu’en périphérie.

Photothèque Muscardin
Muscardin
Muscardin
Noisette grignotée par un Muscardin
Muscardin (Muscardinus avellanarius)
Muscardin (Muscardinus avellanarius)
Muscardin (Muscardinus avellanarius)
Ajouter un média
Bibliographie Muscardin